Etude sur l'avenir du télétravail

Alors que les organisations syndicales et patronales lanceront en novembre une négociation pour mieux organiser cette pratique en entreprise, la société ATLAND VOISIN a sollicité l’institut OpinionWay pour interroger les Français dont le métier permet le télétravail (55% des actifs) afin d’avoir leur vision du sujet en dépassant le cadre de la crise sanitaire.

Image
Image
jca.jpg

Il est très clair que la crise sanitaire a accéléré l’adoption forcée du télétravail par les entreprises, dans un processus qui était déjà entamé depuis plusieurs années. Et il est également clair que le télétravail a montré son efficacité pour maintenir un certain niveau d’activité.

Toutefois, nous constatons que les salariés restent très majoritairement attachés au bureau, pour travailler dans les meilleures conditions, favoriser la cohésion et la profondeur des échanges interpersonnels que les outils collaboratifs ne permettent pas, pour se former et, pourquoi ne pas le dire, profiter d’une vie sociale complète…

Loin d’être ‘mort’ comme certains ont pu l’annoncer, le bureau va néanmoins devoir s’adapter et se réinventer pour mieux prendre en compte des situations inédites telles que celle que nous venons de traverser. Le rapport à l’openspace va sans doute changer, la gestion des flux de personnes sera sans doute repensée, la prise en compte des enjeux environnementaux va sans doute s’accélérer, mais ici aussi ce sont des processus entamés que la pandémie n’a fait qu’accélérer…

Jean-Christophe ANTOINE, Président du Directoire d'ATLAND VOISIN

Image
Image
teletravail-3.jpg
 

Une large majorité des Français pouvant télétravailler pensent que cette pratique va se développer progressivement mais à raison de 2 jours par semaine au maximum.

Plus de quatre actifs dont le métier leur permet de télétravailler sur cinq estiment que le recours au télétravail en entreprise va se développer à l’avenir en France (85%). Si les collaborateurs de grandes entreprises de plus de 1000 collaborateurs croient plus à ce développement que ceux des petites organisations de moins de 50 salariés (90% versus 77%), ce constat est assez largement partagé quels que soient les secteurs d’activités, l’âge des répondants et la situation géographique.

Ce déploiement devrait se faire de façon progressive, 37% des répondants pensent qu’il se fera dans les 12 prochains mois, 30% entre 12 et 36 mois, et 18% dans plus de 3 ans.

 

Le télétravail va-t-il donc devenir « la norme » sur le long terme, comme il a pu l’être au plus fort de la crise sanitaire ?

Loin de là. Seuls 4% des répondants croient au « tout télétravail », alors qu’ils sont 15% à penser qu’il se pratiquera de façon exceptionnelle et 63% pensent qu’il se pratiquera 1 à 2 jours par semaine. Pour ces-derniers, le bureau reste considéré comme le lieu clé de vie des entreprises.

Point notable, les -35 ans sont les plus nombreux (22%) à penser que le recours au télétravail se fera de uniquement de façon exceptionnelle au sein des entreprises, contre 12% pour les 35-49 ans et 10% pour les +50 ans.

Image
Image
teletravail-2.jpg
Image
Image
teletravail-1.jpg

 

Seulement 1 salarié sur 10 pense que son entreprise va mettre en place le télétravail de façon pérenne après la crise.

Si 81% des salariés déclarent que leur entreprise prévoit de mettre en place des actions en faveur du télétravail pour les métiers le permettant, seul 1 sur 10 pense que cela se fera de façon pérenne. 36% signalent que ces actions étaient déjà en place avant l’épidémie de Covid-19, et 35% pensent que cela durera uniquement tant que l’épidémie perdurera.

La crise pandémique n’est pas perçue comme un phénomène qui installera une pratique généralisée du télétravail mais plutôt l’accélérateur d’une mise en place progressive et à la carte en fonction des différentes organisations.

Méthodologie : enquête réalisée par OpinionWay entre les 11 et 15 septembre 2020, auprès de 1005 personnes dont le métier leur permet de télétravailler, issues d’un échantillon de 1816 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

 

 

*Photo by Jornada Produtora on Unsplash

Ces actualités pourraient également vous intéresser